Echec et mat : Quand la force obscure identifié je n’ai pas

Echec et mat : Quand la force obscure identifié je n’ai pas

 

Jeune Padawan que je suis, à une nouvelle mission me voilà affecté, pour le compte de l’Alliance. Enfin, la vérité c’est que j’ai officiellement un rôle de jeune Rebelle, bon, mais ça dans un autre épisode on en parlera…

 

L’arrivée du Padawan

 

Me voilà dans ma nouvelle guilde, tout content. L’avantage est que je la connais, dans une galaxie pas très très lointaine déjà ensemble nous avons travaillé. De la force nous avons précédemment discuté sur Tatooine, de son côté sombre et de son côté lumineux … Ils me connaissent (pour la plupart) et m’ont sollicité pour obtenir une aide informelle quant à l’utilisation de la Force.

 

J’arrive un jour de fin de campagne.

Je profite de la levée de la lune Forestière d’Endor pour faire le tour de l’équipe. Muni de ma boite à questions, je passe 10 minutes avec chacun de mes compagnons et leur demande quelles sont leurs attentes, j’identifie les rôles, les missions de chacun.

 

Je vois les jeunes Rebelles, le lieutenant de la flotte, l’Architecte en chef, et le Gouverneur qui avait peu de temps à me consacrer.

J’identifie l’organisation, les places sur ma grande carte. Qui est qui, qui fait quoi, quelles sont les relations ? Qui commerce avec qui, qui est le grand responsable de cette confédération ?

Tous, sauf le Gouverneur avec qui je n’ai pas pu vraiment échanger, m’ont remonté le besoin de progresser dans l’apprentissage de la force et l’opportunité de profiter de mes compétences de jeune Padawan. J’ai ainsi découvert qu’ils avaient essayé plusieurs approches de la force et n’avait pas réussi à la maitriser, ils étaient visiblement  perdu…

 

Me voilà flatté, moi qui pensais bêtement faire le jeune rebelle, je sens la force monter en moi et une soudaine utilité à participer à cette organisation, à accompagner cette guilde.

 

La lune Forestière commence à toucher l’horizon.

 

Une grande cérémonie tarde à commencer, il n’y a d’ailleurs pas de rendez-vous noté dans le calendrier standard, la guilde se demande quand elle aura lieu.

 

La grande cérémonie

 

Aucun représentant de la fédération ne sera là. La grande cérémonie se passera donc entre nous.

Bizarrement elle est préparée par le Gouverneur puis transmise au Lieutenant de la flotte qui la complète. Je commence à me poser des questions.

 

16h ! Débute la grande cérémonie. Tout le monde est là et même plus ! Les jeunes Rebelles (mais pas ceux en faction dans une autre colonie), les Tacticiens, L’architecte en chef, le Chasseur de prime, le Gouverneur, le Lieutenant de la flotte et,… , et, le Chancelier de la confédération.

 

Le Lieutenant de la flotte prend la parole devant l’holoprojecteur qui se met à diffuser une image que je n’avais pas vue depuis la dernière trilogie. Mince … Le Lieutenant de flotte présente donc le parchemin, un pour chaque mission … Re mince, mes yeux s’écarquillent. Je me demande comment je peux intervenir…

 

 

J’y vais donc de mon élan de Padawan et interromps la grande cérémonie. Que la force soit avec vous, peut-on voir le déroulé de la mission enregistré par le Databloc et que les jeunes Rebelles qui étaient sur le terrain nous le présentent ?

 

…. Cataclysmique !

 

C’est ainsi que je me suis pris le système d’Endor en plein casque. Echec et mat ! Mon échiquier est faux…

 

J’avais anticipé une contre-attaque du Gouverneur, mais en fait le système ne se composait pas que de la guilde, le Chancelier de la confédération s’y impliquait beaucoup. Et le système s’est manifesté par sa voix, bloquant mon intervention en me renvoyant à mon statut de Rebelle. La grande cérémonie a suivi son cours, un peu perturbée, mais toujours au travers du vieux parchemin.

 

Ma tentative de diversion n’a toutefois pas été vaine, elle a déclenché dans la foulée des négociations entre le Lieutenant de la flotte, le Gouverneur et le Chancelier de la confédération. Négociations qui devaient être nécessaires étant-donnée la force sombre qui s’en dégageait. Le grand débriefing n’a pas eu lieu, l’équipe est restée emprise par le rayon tracteur, et dans l’expectative est partie en exploration.

 

 

Le propos n’est pas d’analyser ce qui se passe après mais de faire le point sur ce qui s’est passé dans le système.

 

Vous vous rendrez peut-être compte alors que vous aviez mal identifié le système et en pensant ne pas l’affronter de face, vous le ferez de front.

 

Quels enseignements en tirer ?

 

Ne jamais s’attaquer à un système frontalement. Assurez-vous de bien vous être préparé.

Le système a montré sa force sombre. Aucun membre n’était visé et pourtant le Chancelier a senti sa guilde attaqué, dévoilant son côté obscure.

 

Vous pensez connaitre le système mais il vous manque sans doute un maillon important.

 

Trouver le maillon, la faille, la petite brèche qui permet de pénétrer le système et de le déverrouiller petit à petit. La demande de la guilde n’a pas changé, elle souhaite toujours être accompagnée dans la maitrise de la force. Vous utiliserez votre force claire pour répondre à toutes les questions et parfois disperser quelques idées les laissant germer dans les esprits.

 

– Le Chancelier ne vous verra plus comme un bandit. Vous serez “visiblement” dans votre rôle de jeune Rebelle. N’agissant plus sous ses macrobinoculaires, votre force ne dérange plus. Cependant parfois quelques tacles pourraient vous rappeler que vous avez rendu votre quête visible.

 

Au fil du temps, les messages passeront plus simplement, le système ne réagira que très rarement et la guilde aura une confiance grandissante en la force.

 

Ne pas attaquer un système frontalement est primordial, identifier les angles d’approche est très important pour pouvoir le modifier en douceur.

L’inconvénient avec un système retors est que cela est long, insuffler des idées, voir comment elles germent, rebondir dessus et laisser la guilde proposer des axes d’amélioration prend du temps beaucoup de temps.

L’avantage est que le système se met en mouvement. Il bouge sans qu’il ne se sente contraint et ne revient pas alors à son état initial. Tant qu’il est sollicité il progresse jusqu’à ce qu’il se stabilise dans l’état qui lui semble le plus adapté.

 

Que la force soit avec vous !

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *